RSS
 

Archive for the ‘Astuces & Conseils’ Category

Comment ca se passe chez King Clothing?

07 jan

Chronique d’un projet d’impression textile.

Entre le moment où une idée germe dans votre tête et le moment où le transporteur vous livre les précieuses caisses tant attendues, il se passe beaucoup de choses. Certaines semblent plus anodines que d’autres et pourtant, chaque étape est importante et aucune d’entre elles ne doit être négligée sous peine de déception à la livraison.

Bien que chez King Clothing, tout est mis en œuvre pour que cela n’arrive pas, il ne serait pas honnête de dire que tout se déroule impeccablement dans 100% des cas. Notre expérience nous montre que différentes causes peuvent être mises en évidence. Voyons ensemble le déroulement normal d’une commande d’impression textile.

–1–
Avant même que nous soyons contactés par mail, par une demande de devis en ligne, par téléphone ou même verbalement, certains clients on déjà amorcé le processus de création graphique.
Beaucoup de nos clients ont une idée précise de ce qu’ils veulent mais, très logiquement, peu d’entre eux sont conscients des aspects techniques liés à leur travail graphique.

En effet, les facilités qu’offre internet et les capacités infographiques sans cesse grandissantes de nos clients font que de plus en plus de projets nous arrivent déjà tout prêts. Le service graphique de King Clothing se tournerait presque les pouces si… les fichiers fournis étaient dans le bon format! Et oui, il n’est pas rare que Mr Photoshop soit passé par là. Malheureusement, c’est son frère, Illustrator, qui est bien souvent le plus indiqué.
Nous ne nous attarderons pas ici sur les différences techniques entre les frangins, cela fera l’objet d’un prochain article, mais retenons simplement que le temps passé à la réalisation du projet par le client est en grande partie perdu. Les contraintes techniques font qu’il est bien souvent nécessaire de tout reprendre à zéro. Une discussion préalable aurait pu faire gagner beaucoup de temps aux deux parties mais qu’à cela ne tienne, nous présenterons cela aussi dans un futur billet.

–2–
Une fois que le client nous contacte, nous déterminons avec lui ses besoins en terme de qualité, de quantité, de budget, de timing etc. afin de concevoir LE produit qui collera au mieux à ses attentes. Il n’est pas toujours évident, lorsque l’on n’est pas du métier, de savoir si tel ou tel produit est indiqué pour un usage sportif, si la technique d’impression textile aura une bonne tenue dans le temps, comment minimiser les coûts de production et donc, le budget… Bref, il est important d’être bien conseillé.
Pour cela, le service commercial détermine avec le client, un cahier des charges précis et établit un devis.

–3–
Une fois que le client a trouvé satisfaction, c’est au service graphique de prendre le relais. Cette étape permet de mettre en conformité les logos à imprimer et de vérifier que la communication avec le client est optimale.
Comme l’explique parfaitement cette illustration bien connue issue du monde informatique:

Le projet d'impression textile vu par les différents acteurs

L’idée du client est parfois à des lieues de ses besoins ou de l’idée que s’en fait l’interlocuteur, dans notre cas, l’imprimeur textile.
Pour palier à ce problème, nous envoyons une espèce de pré-preview nommée « preview de positionnement », qui permet de s’assurer que nous sommes sur la même longueur d’onde et que les attentes du client sont bien rencontrées d’un point de vue graphique.

Cette preview de positionnement est adaptée et renvoyée aussi souvent que nécessaire. Bien qu’il soit possible de réajuster quelque peu le projet après validation de cette étape, cela n’est pas garanti dans tous les cas. Il est donc très important de valider consciencieusement le projet graphique.

–4–
Le projet graphique est validé, les visuels sont préparés pour l’impression. Une nouvelle preview est envoyée pour valider les dimensions d’impression. Cette étape est le point de non retour. elle équivaut au « bon à tirer » de l’imprimerie classique.
Une fois cette preview validée par le client, la commande part à l’impression.

–5–
Une fois imprimés, les textiles sont empaquetés et expédiés par transporteur à l’adresse indiquée par le client.
La réception, bien que tout ait été mis en place pour maximiser le bon déroulement du projet, est une étape importante. En effet, passée l’euphorie de la découverte, il est indispensable de vérifier, avec le transporteur, que la commande est complète en terme de pièces et d’impression et que les textiles n’ont pas été détériorés par le transport.
Nous avons fait le choix d’un travail humain au détriment des machines, il se peut donc qu’il y ait des failles. En cas de défaillance, nous nous engageons bien entendu à apporter les meilleures réponses mais il est pour cela important de nous signaler tout manquement dès la réception et en présence du transporteur, sans quoi, notre responsabilité ne peut être engagée.

–6–
Dernière étape, facultative mais fortement appréciée, est le feedback. Comme dit plus haut, nous avons fait le choix de l’humain. Un merci, une marque de satisfaction sur notre page Facebook, un témoignage sur notre Twitter, quelques photos sur ce blog ou simplement un petit mail, c’est avant tout pour votre satisfaction que nous travaillons chaque jour…

 

Votre guide du lavage toujours en poche!

08 juil

Samsung, société multinationale que l’on ne présente plus, a édité une application pour smartphones sous Android.

Cet outil, appelé « Samsung Guide Lessive », a pour but de promouvoir sa nouvelle gamme de machine à laver de vous permettre à tout moment de décrypter la symbolique utilisée sur les étiquettes de vos textiles, de vous donner quelques trucs et astuces pour vous défaire de taches tenaces, de choisir le programme le plus adapté à vos vêtements etc.

C’est une petite application sans prétention mais qui complète notre guide d’entretien des vêtements personnalisés
Elle se présente selon 3 onglets:

  • - Trier
  • - Laver
  • - Trucs & Astuces
  • Un guide de nettoyage des vêtements dans la poche
    On a vite fait le tour mais cette application peut être utile comme aide mémoire de plus, est bien finie et gratuite.

     

    Comment choisir une police de caractère pour ses impressions?

    03 fév

    Alors qu’il est facile d’accéder à une multitude de « polices de caractère » (« Fonts » en anglais) sur nos ordinateurs modernes, il n’est pas toujours aussi aisé de choisir la bonne. Essayons ensemble de tracer quelques sentiers balisés pour traverser cette jungle de possibilités.

    Commençons, tout d’abord, par définir cette notion un peu vague de « bonne police de caractère ».
    Comme vous vous en doutez, la bonne police de caractère sera celle qui remplira tous les critères que vous vous êtes fixés pour votre projet.

  • Doit-elle être atypique pour attirer le regard?
  • Doit-elle être facilement lisible pour soutenir votre message?
  • Se veut-elle rétro ou résolument moderne?
  • Fait-elle partie d’un ensemble graphique ou au contraire, se suffit-elle à elle-même?
  • Bref, la police idéale est celle qui VOUS convient par rapport à un projet précis.

    Notez que la technique d’impression peut orienter votre choix. Une police avec des caractères très fins ne pourra pas être imprimée en aussi petit avec du flex qu’avec de la sérigraphie. De même, en broderie ou écusson, la finesse du fil et du point seront déterminants.

    1. Ecran VS Papier.
    Bien que tous nos logos sont travaillés/créés/retouchés sur ordinateur, il est bon de savoir que, de manière générale, la lecture ne se fait pas de la même manière à l’écran que lorsque qu’elle est imprimée sur textile ou papier. Alors qu’à l’écran, les polices à bâtons (sans empattement, sans-sérifées) sont parfaitement exploitables, sur textile (ou papier), on préférera une police à empattement (Sérif), plus facile à lire.


    Source de l’image: Wikipédia.org

    Rappelons que votre objectif peut être informatif ou graphique et que cela peut faire varier l’application de cette règle.

    2. Comparer les polices.
    Une fois que vous avez choisi quelques polices qui vous semblent parfaites, il est pratique de les comparer l’une à l’autres « in situ ».
    Pour cela, ouvrez votre traitement de texte préféré et copiez/collez la phrase exacte que vous utiliserez. Vous pourrez alors appliquer toutes les variations de la police pour avoir un regard plus précis sur votre travail.
    N’oubliez pas que les polices peuvent être mises en gras, italique, souligné, MAJUSCULE, minuscule, etc. Et que cela affecte sa présentation et la facilité de lecture.
    Il est possible d’utiliser des services en ligne qui vous permettent de visualiser toutes les variantes des polices. Citons, à titre d’exemple, TypeTester (EN). D’autres existent mais nous apprécions particulièrement celui-ci.

    3. Ajouter une police.
    Bien qu’il y ait maintenant une multitudes de polices pré-installées sur nos ordinateurs, il arrive souvent que l’on cherche autre chose. Rassurez-vous, il est tout à fait possible d’en ajouter une (ou plus)!
    Tout d’abord, il faut trouver la police que vous souhaitez utiliser ensuite, il va falloir l’installer. Mais chaque chose en son temps, procédons par étape.

    3.1 Choisir une police.
    Sur internet, il existe tout une série de sites qui proposent des polices à télécharger. Soyez attentifs, certaines sont gratuites, d’autres pas. Nous vous proposons ici de visiter www.dafont.com (FR).
    Sur ce site, et c’est très souvent le cas, toutes les polices sont rangées par catégories.

    Les différentes catégories de Dafont.com

    Une fois la catégorie sélectionnée, vous pourrez indiquer votre texte pour l’afficher dans chaque police et avoir ainsi un aperçu global de votre texte.

    3.2 Installer la police.
    Lorsque vous trouvez la (ou une) police qui vous intéresse, vous pouvez la télécharger en cliquant sur le lien de droite. Ensuite, vous devez l’installer. Cette procédure varie en fonction de votre système d’exploitation (Windows / Mac OS / Linux / etc.) Rassurez-vous, la FAQ (Foire Aux Questions) du site est très bien faite.

    4. Retrouver une police.
    Si vous avez trouvé la police de vos rêves mais que celle-ci est imprimée, il est difficile de deviner quelle police est-ce? Ici encore, Internet va vous aider.
    Il existe également des services d’identification, de reconnaissance de police. par exemple, www.identifont.com (EN). La procédure est assez simple. Il s’agit de définir les lettres dont on dispose pour l’identification et de répondre aux questions relatives aux détails des lettres.


    A la fin de cette procédure, le site vous propose une liste des polices correspondantes.

    En conclusion:
    Beaucoup d’outils sont à votre disposition soit sur le web, soit au cœur même de votre ordinateur. Il ne reste qu’à les exploiter. Et si malgré tout, vous êtes en panne d’inspiration, observez! L’infographie est partout. Des pubs aux pochettes de CD, il n’y a qu’à s’inspirer…

    Notez que si ça ne suffit pas, nous pouvons toujours vous aider ;)

     

    Qu’est-ce que le transfert digital?

    21 oct

    Le transfert digital est une des techniques de personnalisation textile qui permet l’impression de petites quantités avec un grand nombre de couleurs et/ou dégradés de couleur.

    Présentation:
    Le principe est simple. Il consiste à imprimer à l’aide d’une imprimante laser sur du papier dit « transfert ». Ce papier a la particularité d’avoir une surface thermocollante qui fixera, grâce à la chaleur, une fine pellicule (support de votre logo) sur le textile.

    Observation:
    Il est possible de se procurer ce type de papier dans le commerce (généralement en grande surface). L’impression réalisée dans votre imprimante de bureau sera alors fixée grâce à un fer à repasser. Néanmoins, la qualité de l’encre de votre imprimante (prévue pour être utilisée sur papier classique) et la température non adaptée et non uniforme de votre fer à repasser, font que bien souvent, un lavage ou deux ont raison de votre travail. Le visuel se dégrade rapidement et le fruit de votre labeur termine immanquablement par l’outil ultime pour nettoyer les jantes de la voiture…

    Application:
    Bien que, soyons clairs, c’est une technique qui n’a qu’une durée de vie limitée, c’est idéal pour des projets relativement ponctuels mais dont on voudrait marquer le coup et les esprits.
    Étant donné que le procédé ne demande que très peu de préparations techniques (contrairement à la sérigraphie par exemple) il est possible d’imprimer à la pièce ou en petite série. Il est également très pratique lors de l’impression de visuels contenant des dégradés ou de nombreuses couleurs.
    Autre aspect important du transfert digital est qu’il ne peut être utilisé que sur du textile blanc. Pour l’impression sur textile de couleur foncée, le Quadri-Flex est préférable.

    Entretien:
    Le transfert digital est assez fragile. Conformément à notre guide d’entretien, nous vous recommandons de:

    • ne pas le laver à une température supérieure à 30 degrés,
    • d’éviter les agents mordants,
    • de repasser votre vêtement à l’endroit (sur l’image), très important car cela fait ressortir les couleurs,
    • d’éviter le sèche-linge.

    Galerie photo:
    Flikr.com/kingclothing

    Si vous désirez en savoir plus sur la technique ou que vous avez un projet d’impression textile, n’hésitez pas à nous contacter.

     

    Qu’est-ce que la sérigraphie?

    21 oct

    Le terme « sérigraphie » est né de la contraction des mots latins « sericum » et « graphein » qui signifie respectivement « soie » et « écriture ». Nous pouvons donc en conclure que la sérigraphie consiste à imprimer un support au travers d’une toile de soie tendue sur un cadre de bois. C’est la technique du « pochoir ».
    Aujourd’hui, la soie à été remplacée par le polyamide et le polyester et le bois du cadre par de l’aluminium.

    Procédure:

    Cette toile de soie tendue sur cadre (appelée « écran »), est enduite d’une émulsion photosensible qui va durcir et imperméabilisé la toile au contact de la lumière. Quand les ultraviolets entrent en contact avec l’émulsion, celle-ci durcit et empêche la peinture de passer (on parle d’ »insolation »). Quand, au contraire, certaines zones sont protégées des ultraviolets, celles-ci restent perméables à la peinture.

    Pour réaliser un motif, il faut donc réaliser un film noir opaque, qui va empêcher les rayon ultraviolets de venir frapper l’émulsion aux endroits souhaités. Lors d’un motif en plusieurs couleurs, il faut réaliser un film et un écran pour chaque couleur afin de pouvoir les appliquer successivement. C’est la raison pour laquelle le nombre de couleur influence le prix du vêtement personnalisé.

    Un fois les écrans réalisés, il faut imprimer le tshirt (par exemple). Pour ce faire on utilise un carrousel sérigraphique. Etant donné la nature souple des vêtements, il n’est pas possible d’imprimer une couleur, de la sécher et de repositionner à l’identique le tshirt pour la couleur suivante. Des décalages apparaitront forcément. Le carrousel sérigraphique à cette avantage de permettre, sans déplacer le tshirt, d’imprimer plusieurs couleurs (via plusieurs écrans) parfaitement alignées.

    Concrètement, le tshirt est placé sur un plateau (représentation d’un buste à plat nommé « jeanette ») préalablement vaporisé de colle. Les différents écrans sont placés sur des bras articulés monté sur un axe rotatif. Un à un, les écran sont abaissés sur le textile, on y passe une couche de peinture que l’on applique à l’aide d’une « racle ». On relève le cadre, on le déplace jusqu’à ce que le suivant soit en position et on recommence autant de fois qu’il y a de couleur.

    Il est évidement possible de le faire de manière beaucoup plus artisanale et, à l’inverse, d’utiliser des machines bien plus sophistiquées.

    Une fois toutes les couleurs appliquées, il faut sécher la peinture pour en assurer la pérennité. Cette étape se réalise à l’aide d’un « four » soit à placer au dessus de la jeanette soit sous forme de tunnel.

    Les limites du procédé:
    * Excellente qualité d’impression.
    * Bonne résistance au lavage.
    * Coût intéressant pour les grandes quantités d’impressions.

    * Minimum de commande en fonction du nombre de couleur pour le logo. ( minimum 15 pièces pour une impression 1 couleurs).
    * Frais fixe de cliché, films et mise sur cadre.

    Cette vidéo de notre confrère Français Tom-Impression, illustre les étapes d’une impression sérigraphique sur textile et sur papier.